lundi 1 janvier 2001

RÉSUMÉ 83/4/6

JACQUET (Olivier), Espaces collectifs à Pernand-Vergelesses et identification des vins de la commune.


Durant l’entre-deux-guerres, les Pernandais agissent pour conserver les droits d’équivalence leur permettant de produire Corton, Corton-Charlemagne et Charlemagne sur leur commune et de déclarer certains vins du finage sous l’appellation Aloxe-Corton. En décalant légèrement le regard, cette contribution se propose de montrer que, derrière ces actions syndicales et juridiques, existent d’autres positionnements attestant également, au sein du village, d’une volonté d’identification d’une production vitivinicole strictement Pernandaise. Dès 1893, le Conseil Municipal de Pernand envisage de rattacher le nom de la commune à celui du cru le plus réputé de son finage : les Vergelesses. Après la première guerre mondiale, les déclarations de récolte différencient et valorisent certains crus à l’intérieur de la commune. Néanmoins, de la fin du XIXe siècle à la veille de la seconde guerre mondiale, les organisations professionnelles ou les groupements municipaux n’agissent pas forcément de concert dans les processus de définition et d’appropriation des normes de production et de commercialisation des  vins de Pernand. Dans cette marche vers la définition territoriale des vins, l’espace de « combat » s’avère mouvant, les limites bougent au grè des rapports de force, des contextes. A ce titre, Pernand-Vergelesses possède une réelle originalité et son histoire témoigne de la complexité et de la singularité des enjeux collectifs et individuels intervenant autour des délimitations vitivinicoles dans les territoires concernés.

During the interworldwar, people of Pernand-Vergelesses are acting to preserve their right for the equivalence system who allow to product Corton, Corton-Charlemagne & Charlemagne on the rural district of Pernand. Also, this system allows to declar some local wine under the Aloxe-Corton appellation. In moving the analysis’ glance, this article purposes to show that, behind those trades and legal actions, they are existing other positioning for identify à typically production from Pernand. From 1893, the municipal council envisages to attach the name of the village with the name of the most renowned “climat” of the municipality: “Les Vergelesses”. After the First World War, the harvest declarations differentiate and value some wines inside the village. Nevertheless, from the end of the XIXth century to the Second World War, the wine grower’s trade-unions or the municipal council don’t behave necessarily in the same direction to define and appropriate the norms of production and marketing of Pernand’s wines. In this process towards the territorial define of the wines, the fight area is unsettled, le limits moves according to the balance of powers, to the contexts. In this way, Pernand-Vergelesses possess a real originality and his history show the complexity and the singularity of collective or individual challenges around the processes of wine’s demarcations in affected territories.