lundi 1 janvier 2001

RÉSUMÉ 82/4/03

PAVESE (Sigrid), Le four baanl de Fontaine-lès-Dijon du XVIe au XVIIIe siècle


La banalité du four était le droit de faire défense de cuire ailleurs qu'au four banal, dans toute l'étendue de la seigneurie, ce qui renfermait le droit d'obliger à apporter les pâtes au four banal et le droit d'interdire la faculté de faire autrement, c'est-à-dire de cuire les pâtes dans un four domestique. C'était un droit personnel car il s'appliquait à tous les habitants. A Fontaine-lès-Dijon, la vie quotidienne, avec ses aléas, s'est organisée pendant des siècles, autour du four banal. Cet édifice fut un lieu privilégié pour la vie sociale, un centre de vie oral et féminin à l'échelle de la bourgade.